Pâques, le temps de la résurrection.

Pâques, le temps de la résurrection. L’œuf, principe universel de vie mais aussi de renaissance en est le symbole. Naturel ou peint, en chocolat ou cuit en omelette, sculpté pour être offert ou enterré pour rendre féconde une jeune épousée, le voici dans tous ses états et sous toutes ses formes vénéré et savouré au cœur des réjouissances pascales.
Le jour de Pâques, les chrétiens orthodoxes s’offrent des œufs rouges. Pendant le repas qui suit ce rituel, chacun des participants, tenant son œuf en main, l’opposera à celui de son voisin. Au moment où les œufs s’entrechoquent (par la pointe), l’un des vis-à-vis dit : « Le Christ est ressuscité » et l’autre lui répond : « En vérité, il est ressuscité ». Les œufs sont ensuite mangés. Ce rituel résume à lui seul toute la symbolique des œufs liés à la fête de Pâques fête de résurrection.
Pâques (Paskha en grec, Pesah en hébreu) signifie le passage. Le passage de la mort à la vie et aussi le passage à la vie éternelle, rêve fou et mythique de l’homme. Pour les juifs qui, à Pâques, commémorent l’exode d’Egypte, c’est le passage de la vie d’esclave (en fait la mort) à la vraie vie (en Terre promise).
Pour les profanes, Pâques, qui est célébrée le 1er dimanche suivant la pleine lune de l’équinoxe de printemps, c’est la fête de la résurrection de la nature. Toujours le passage. Du tombeau de l’hiver à la vie du printemps.
Bien avant la résurrection du Christ l’œuf était le symbole de la re-naissance. Chez les Egyptiens, qui croyaient à l’immortalité, l’œuf était évoqué dans toues les formules funéraires. Nos « ancêtres les Gaulois » plaçaient des œufs dans les tombes des guerriers dans l’espoir d’une résurrection en laquelle ils croyaient. Les tombes grecques sont riches de dieux tenant un œuf à la main.
Aujourd’hui, la tradition de l’œuf pascal ressort davantage du folklore, voire du prétexte à réjouissance, à bonne chère, que d’une célébration eucharistique. On s’attache plus à l’apparence (énormes œufs en chocolat et même des lapins qui jusqu’à nouvel ordre ne pondent pas d’œufs, œufs peints de mille couleur, œufs décorés, œufs sculpté, œufs ciselés) qu’un sens profond de la résurrection.

L’œuf en cuisine : une très longue histoire

Dans son livre de recettes galantes « Cinq mille dans de cuisine aphrodisiaque », Pino Correnti imagine un menu néolithique (« empiriquement reconstitué », précise-t-il) qui fait appel à l’œuf. Evoquant le culte rendu à la déesse-mère, il y a cinq mille ans dans tout le bassin méditerranéen, il donne la recette d’une formidable omelette baptisée « del seso ré » qu’on réalisait dans l’île de Malte.
Le seul livre de recettes qui nous soit parvenu de l’antiquité, celui d’Apicius, fait une large place aux œufs que l’on sert souvent, à l’exemple de Trimalcion (le Satyricon), en entrée.
Un rapide regard sur la cuisine chinoise et sur la cuisine indienne, nous confirme que, de tout temps, l’œuf a été l’une des bases de l’alimentation humaine. Et il l’est toujours, réussissant le tour de force de servir de base aux plats les plus sophistiqués des grands chefs comme la béarnaise dont Fernand point disait « c’est simplement un jaune d’œuf, une échalote, un peu d’estragon, mais il faut des années de pratique avant que le résultat soit parfait », et de présider au casse-croûte pris sur le coin d’un comptoir.
Entre ces deux extrêmes il y a des milliers de recettes d’œuf (au plat, en cocotte, en gelée, à la coque, poché, brouillé, Soubise, Verdier…) ou faisant appel à l’œuf qui peuple l’encyclopédie imaginaire de la cuisine française. Sans parler des omelettes qui, a elles seules, peuvent constituer un livre de cuisine. La légende veut que ce soit Apicius (encore lui) qui ait inventé l’omelette, mais il est probable que l’authentique inventeur de l’omelette soit Lucullus, à moins que ce ne soit un bien heureux inconnu. Si tel est le cas, ce qui me semble vraisemblable, il (elle)mériterait le titre de bienfaiteur de l’humanité (combien de ménagères désemparées par l’arrivée impromptue des convives affamés s’en sont sorties avec les honneurs grâce à une omelette improvisée).
Un slogan publicitaire disait que le diamant est éternel … l’œuf aussi !





Articles recommandés