La cuisine française un outils de domination raciale ?

C’est mon ami (du moins je le suppose) l’ardéchois René-Louis qui m’a fait passer l’info. Une Américaine, Mathilde Cohen, chercheuse (avec tout ce que ce mot comporte d’ambiguïté) au Cnrs (pauvre Cnrs) dans une vidéo réalisée avec ou pour Science-Po Paris (je n’ai pas très bien compris) affirme péremptoirement, sans apporter d’éléments vraiment étayés, à l’exception de deux arguments discutables, que, je site : « La cuisine française est un outil de domination de la classe moyenne supérieure blanche ». Notre cuisine serait l’outil de l’identité raciale dominante…
Je ne suis pas chercheur, probablement trop con pour cela, mais je vois mal comment une cuisine élaborée dans un pays peuplé depuis quelques millénaires, majoritairement, par des femmes et des hommes blancs (c’est un fait) pourrait être autre chose que majoritairement blanche, si tant est que la cuisine puisse avoir une couleur raciale ?
Je découvre à l’écoute du propos de cette redoutable scientifique, avec étonnement et stupéfaction, que le cassoulet, l’anchoïade, la bohémienne, les pieds et paquets, l’aligot ; les « bouffis grillés au pommes de terre », le gratin de chou-fleur, le saucisson lyonnais, la tourgoule, la bouilleture d’anguilles, les andouillettes grillées, la langue de porc à l’orléanaise, la potée de lentilles vertes, les sardines à l’étouffée, le cul de bicot rôti, la mouclade, la piperade, la garbure, les gras-doubles, la flaugnarde aux pruneaux, l’estofinado, les oreilles de cochon farcies, la truffade, le chou farci, la potée au petit salé, la carpe à la bière, la choucroute, la fondu comtoise, les cardons à la moelle, le gratin dauphinois, la socca, la soupe au pistou, la soupe de pois chiches, l’aïoli, les escargots à la catalane (cargolade) les acras de morue, le rougail, le colombo …. Sont des plats appartenant à la classe moyenne supérieure ?
C’est en tout cas la manifestation flagrante de la méconnaissance totale de la réalité de la cuisine française par Mme Cohen. On ne sait plus alors de quelle cuisine française elle parle ?
Peut-être faudrait-il que nous nous excusions d’être blancs ? Peut-être faudrait que nous nous excusions d’être les produits d’une vieille culture, qui ont reçu en héritage un prodigieux patrimoine culinaire ? Peut-être faudrait-il que nous nous mettions aux hamburgers halal ?
Peut-être faudrait-il, surtout, que des zozos, arrêtent de vouloir nous culpabiliser pour être ce que nous sommes. Héritiers d’une longue histoire que pour la plupart nous assumons, sans nier ni approuver certaines erreurs du passé, nous sommes blancs et mangeons du cochon … et alors ?

Articles recommandés