« La bêtise insiste toujours …

Samedi, quelques milliers de personnes ont manifesté en France, contre la vaccination Covid et le passe-sanitaire et, clou du spectacle, contre leur privation de liberté. Avec des slogans tels que : « Non à la dictature ».
Nous avons ainsi assisté au mariage de la carpe et du lapin, retrouvant en même temps dans ces manifestations François Ruffin (la France insoumise) et Florian Philippot (transfuge du Front National). On a même entendu une personne d’origine portugaise dire : « Je suis née au Portugal sous la dictature Salazar, je ne veux pas qu’on revive ça ». C’est pourquoi elle milite chez Florian Philippot.
A propos de privation de liberté, j’ai un ami, fou de voitures, et qui aime la vitesse, la grande vitesse… à plus de 250 km/h. Il voudrait bien rouler aussi vite sur les autoroutes par exemple, mais l’abominable et liberticide code de la route l’en empêche. Pour autant, il ne défile pas tous les samedis en hurlant à la privation de liberté.
Dans son roman « La peste », Albert Camus, écrivait en 1947 :
« La bêtise insiste toujours, on s’en apercevrait si l’on ne pensait pas toujours à soi. Nos concitoyens à cet égard étaient comme tout le monde, ils pensaient à eux-mêmes, autrement dit ils étaient humanistes : ils ne croyaient pas aux fléaux. Le fléau n’est pas à la mesure de l’homme, on se dit donc que le fléau est irréel, c’est un mauvais rêve qui va passer. Mais il ne passe pas toujours et, de mauvais rêves en mauvais rêves, ce sont les hommes qui passent et les humanistes, en premier lieu, parce qu’ils n’ont pas pris leurs précautions. Nos concitoyens n’étaient pas plus coupables que d’autres, ils oubliaient d’être modestes, voilà tout, et ils pensaient que tout était encore possible pour eux, ce qui supposait que les fléaux étaient impossibles. Ils continuaient de faire des affaires, ils préparaient des voyages et ils avaient des opinions. Comment auraient-ils pensé à la peste qui supprime l’avenir, les déplacements et les discussions ? Ils se croyaient libres et personne ne sera jamais libre tant qu’il y aura des fléaux ».
Il faut relire Camus, qu’on ne peut qualifier de fasciste liberticide … ça fait du bien !

Analphabètes
Dans la nuit du 16 au 17 juillet, l’office du tourisme et le centre de vaccination de Villard-de-Lans, dans le Vercors, ont été tagués et vandalisés par des zozos qui prétendent nous informer (par des moyens quelque peu violents), des méfaits de la vaccination anti-covid (« Arn = génocide »). Grande prétention, mais toute petite réalité car lesdits zozos, sont analphabètes (voir photos ci-jointes)… Peut-être serait-il souhaitable, quand ils seront retrouvés par la maréchaussée, que le juge qui les entendra, les condamne à retourner à l’école primaire, pour revoir quelques fondamentaux ?

Articles recommandés